mardi 24 mars 2015

Fermeture du RAC

Extrait du message de D Lemay, président de Virlanie

Depuis plus de vingt ans, la fondation travaillait avec  ses volontaires dans ce lieu qu’on appelait le RAC ( reception Action Center )
Des centaines de volontaires de la fondation ont partage leur temps, leur coeur, leur passion avec ces enfants et ces familles de la rue
Parfois tragiques, parfois comiques…mais plus souvent tragiques furent les situations auxquelles ils furent confrontes. 
Que de rencontres ou l’enfant, les familles venaient partager leur quotidien  precaire souvent fait de violence, de desespoir, de mal vivre, de problemes de santé, de tres grande pauvreté à des jeunes ou moins jeunes qui  venaient de milieux privilegies qui souvent pour la premiere fois rencontraient la grande pauvreté et la mort.
La vie des familles et des enfants au RAC  etaient difficiles, dans un environnement plutot hostiles…La fondation a beaucoup investi dans la construction ou la  refection des batiments pour essayer de donner un cadre plus humain à cette  humanite abimee.
Parfois  malades, les *accueillis * du RAC allaient  rencontrer Jeff infirmier detache par la fondation. A l’ecoute, il faisait souvent le lien entre les familles, les enfants et les volontaires parfois dans l’action de l’extreme…hospitalisation d’urgence.
Attendus des le matin  par les enfants qui vivaient les activites diverses organisaient par les volontaires comme le moment de la journee, un moment de liberté, d’expression par la parole, le jeu et les activites artistiques.
L’attention aux plus pauvres tels les enfants han dicapes mentaux etaient prioritaire…Enfants et jeunes rebuts de la societe, parques dans ce lieu sans avenir, sauf celui d’y rester car personne ne s’y interessait. Face à cette realite, la fondation a ouvert voici quelques annees une maison pour accueillir une vingtaine de ces enfants  venant du RAC.
Des lieux d’expression furent amenages pour que nos volontaires puissent partager la dure realité quotidien.
Realité que nous avons souvent denoncee sans faire de scandale…Seule Fondation dans ce lieu gere par le gouvernement, une photo d’un enfant handicapé mental a circule en octobre dernier prise par un membre d’une autre association en visite…d’ou un scandale qui a amené la fermeture du RAC…
La rue est – elle un endroit plus approprie pour vivre que le RAC ?
Aujourd’hui,  la rue accueille tous ceux qui ne peuvent se loger dans cette ville de Manille qui exclut les plus pauvres.
Quelle reponse face à cette exclusion ?

La fondation a ouvert un lieu appele ODC ( open day center ) qui accueille quelques familles de la rue…mais combien  d’enfants, de familles continuent à etre en danger….

Cherchons d’autres solutions humaines pour que chacun puisse retrouver sa dignité…avec  les finances…


 Commentaire:

J' ai travaillé au RAC pendant 3 mois en 2008. Je suis bouleversée de cette fermeture. Que va mettre en place la municipalité? Rien ? Probablement.
Même si le RAC était une solution boiteuse et minable face au problème des enfants des rues, rien est bien pire. Et la prison pour adolescents qui jouxtait le RAC que devient-elle? 
Véronique Avenel

lundi 8 décembre 2014

La Vie qui va....

A nouveau, les Philippines reviennent à mon esprit et touchent mon coeur. 
Au gré d'événements tristes ou joyeux comme va la Vie.
Sabine mon amie de coeur et de partages nous a quitté. Elle est morte dans sa belle Normandie par un jour d'automne ensoleillé. Elle dort près des siens dans le petit cimetière de Vieux Bourg. Mais si loin des philippins qu'elle aimait tant.
Son enterrement a été l'occasion d'une magnifique rencontre entre Laurence, future adoptante d'un enfant philippin et moi. Toutes deux nous pleurions le départ trop rapide de Sabine. 
Depuis, nous sommes restées en contact. Laurence est actuellement à Manille avec sa famille pour rencontrer enfin ce petit garçon qui attend depuis si longtemps des parents. 
Et au milieu de cette joie immense, un nouveau typhon vient de balayer le pays.
Comme si souvent, comme trop souvent.
La Vie qui va... Ses joies et ses malheurs...


mardi 16 novembre 2010

Dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale

Nous avons le plaisir de vous informer que
le Mercredi 17 Novembre 2010 à 18h30
aux Yeux d'Elsa
108 Cours de la République au Havre
nous présenterons un témoignage
de notre été passé dans une banlieue du Caire avec
l'Association de Soeur Emmanuelle : ASMAE
lors d'un chantier de solidarité internationale.
Diaporama, exposé, débat.
Entrée : 4 €, thé à la menthe offert.
Soyez les bienvenus
Yves et Véronique Avenel
06 64 71 06 51

http://couple-mission-egypte-asmae.blogspot.com/

www.asmae.fr

www.yeuxelsa.com/
108 cours de la République
76600 Le Havre
02 35 24 19 36

http://www.lasemaine.org/

jeudi 24 juin 2010

Une autre mission...

La vie continue, à Manille comme au Caire.
Dans une semaine, une autre aventure commence : un chantier de solidarité internationale en Egypte , dans un bidonville du Caire auprès d'enfants des rues.
Cette fois, c'est ASMAE, l'association crée par Soeur Emmannuelle qui nous accueille.
Yves, mon cher et tendre, m'accompagne et nous serons 5 français à nous occuper des enfants de ce quartier défavorisé.
Peindre une fresque murale, monter une pièce de théatre, aller nous baigner en Mer Rouge.... beau programme!
A suivre sur mon nouveau blog...


La vie est une aventure
Vit chaque jour pleinement

mercredi 6 janvier 2010


Ne suivez pas les routes toutes tracées.
Au contraire, allez là où il n'y a pas de route,
et commencez à creuser le chemin.

jeudi 1 octobre 2009

Typhon sur Manille

Il y a un an, je vivais à Manille.J'ai partagé quelques mois l'existence des philippins.Savoir que 80% de la ville de Manille est sous les eaux me bouleverse.C'est le moment d'agir.Aidez, si vous le pouvez, aidez Virlanie.Cette association est au plus près des gens de la rue.Elle saura faire parvenir vos dons au bon endroitMerci pour eux

Bonjour à tous, Quelques nouvelles de Manille suite aux inondations qui ont touché le pays :Manille a été très fortement inondée par la tempête Ondoy. Le niveau d'eau a atteint 6 mètres par endroit. Plus de 200 personnes ont perdu la vie et des centaines sont portées disparues.Les 240 enfants hébergés par la Fondation vont bien. Néanmoins, les enfants bénéficiaires de l'Unité Mobile et du Centre de Jour dans les quartiers de Paco, Divisoria et Quiapo ont été affectés. Plusieurs centaines de milliers de personnes sont sans-abris suite à cette tempête.Ces personnes sont actuellement réfugiées dans les écoles et les gymnases. Ils ont un besoin urgent de nourriture, de médicaments et de vêtements.Retrouvez l'interview de Dominique Lemay sur : http://www.liberation.fr/monde/06011293-les-habitants-des-bidonvilles-ont-tout-perdu?y=1Plus d'informations sur : http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-Tempete_aux_Philippines_140_morts_appel_a_l_aide_i.htm?&rub=2&xml=newsmlmmd.e7d262980cdae011b873576926dcf3a0.1e1.xmlN'hésitez pas à nous soutenir via notre site de collecte : http://virlanie.aiderenligne.fr/Virlanie-:-Maisons-D-accueil-Pour-Les-Enfants-Des-.htmlMerci à tous et à bientôt --
Eloïse DougèreVirlanie France... et la vie sourit aux enfants des ruesFinancement & Communication
Tél. : 09 50 38 76 05 / 06 50 64 17 35Mail : mhtml:%7BC1933E1B-E760-47A0-9A11-7C1A370A8E68%7Dmid://00000028/!x-usc:mailto:virlanie.mp@hotmail.fr Site : www.virlanie.org / Forum : http://www.forum-virlanie.org
Pour nous soutenir, faites un don en ligne sur www.aiderenligne.fr ou effectuez vos recherches internet via Solisurf !

lundi 16 juin 2008

Comme ça doit être difficile....

"Comme ça doit être difficile de revenir en France après ce que tu as vécu!"
Ces paroles, je les entends souvent dans la bouche de ceux qui s'inquiètent de mon sort au retour de mission.
Oh non, rassurez-vous, mes amis, il n'est pas difficile de rentrer chez soi.

Retrouver les gens que j'aime et pouvoir les voir facilement.
Manger à ma faim et trouver en magasin de quoi faire un bon repas.
Prendre une douche et en ressentir les bienfaits toute la journée.
Ecouter les potins français et les trouver un peu légers.
Aller à la bibli et trouver aussitôt ce que je cherche.
Faire 100 km en une heure et trouver ça normal.
Dormir dans le calme.
Respirer de l'air frais.
Parler français.
Etre comprise.
Aller au travail avec ce nouveau regard sur la vie.

Je plane ou quoi?
La France c'est donc merveilleux?
Allez, Véro, descend de ton nuage!
C'est la merde dehors, dans la rue, grèves, manifs, angoisses,maladies...
Ouvre un peu les yeux!

En fait, ce n'est pas revenir en France qui est difficile.
C'est y vivre en permanence.


La phrase du jour
"La sagesse est de voir le nouveau dans l'ordinaire
en s'accommodant du monde tel qu'il est."
Santoka
Moine et poète japonais

lundi 9 juin 2008

Continuer...

Comment continuer cette mission maintenant que je suis loin des Philippines, ayant laissé un peu de moi-même là-bas, maintenant que je suis rentrée à la maison?

En témoignant.
J'ai reçu et revu tous mes amis et proches, tous ceux qui m'ont soutenus pendant que j'étais à Manille.
J'ai pu déversé mon "trop plein" dans leurs oreilles attentives.
J'ai témoigné de mon expérience aussi devant les élèves du Collèges Pablo Picasso, fidèles lecteurs de mon blog, et ils ont offert un chèque à Virlanie, fruit de leurs actions au sein du Club Picassolidarité.


Je reste en contact avec mes chères colocs restées encore sur place.
Et je soutiens Virlanie en étant le relais auprès des futures bénévoles qui iront bientôt travailler au RAC.
Mes oreilles se dressent dès que j'entends les mots Manille, Philippines, humanitaire, ONG...
Une nouvelle corde sensible existe désormais en moi.
Elle est belle cette corde!
J'en suis fière.

samedi 24 mai 2008

Bilan...

Lors d'une rencontre à Paris avant de partir à Manille, une question fut posée à chacune des futures volontaires présentes : Qu'attendez-vous de cette expérience?
J'ai répondu :
" Tout d'abord, des rencontres, une découverte d'une facette de notre monde que je n'ai pas encore vu, et aussi, de pouvoir relier ces 2 métiers qui sont les miens , infirmière et clown, au service d'enfants démunis.

Et 2 mois après le retour, qu'en est-il vraiment?
Oui, j'ai rencontré des gens formidables, des gens de coeur, des enfants qui rient malgré la difficulté de la vie.
J'ai vu notre monde tel qu'il est, faisant le grand écart entre bien-être matériel et misère noire, entre la joie de vivre au quotidien des enfants de la rue et malaise du citadin aisé de Manille, caché derières les vitres teintées de son 4x4.
J'ai vu, je n'oublierai rien.

Quant à relier mon clown et mon savoir-faire d'infirmière... Oh la la!
Ca c'est raté!
C'était bien prétentieux que de vouloir y arriver.
J'ai été bien trop choquée par ce que j'ai vu au RAC pour espérer y amener la légèreté et la bonhomie de Pôm Pôm ou de Zoé.
Même si j'ai sorti quelques fois mon harmonica et fait danser ma polka piquée aux loulous du RAC, mon clown, lui, était bien loin, bloqué à l'aéroport.
J'ai d'ailleurs du mal à le retrouver depuis mon retour.
Je manque d'élan, d'énergie, de cette joie fraîche qui caractérise mon clown.
Nos enfants occidentaux n'ont pas les mêmes besoins que ceux des Philippines et je n'ai pas encore vraiment admis ce décalage.
Parfois il me semble être ici dans le superflu alors que j'étais dans le vital là-bas.
Cet effort de recentrage à faire me coûte en spontanéité dans mon jeu de clown.
L'improvisation du travail avec des enfants hospitalisés nécessite une grande disponibilité d'esprit et d'être bien dans sa peau.
Je dois retrouver cela pour apprécier à nouveau ce magnifique métier qui est le mien en France.
Accepter la diversité de notre monde.



La phrase du jour :
Si vous voulez que la vie vous sourit,
apportez-lui d'abord votre bonne humeur
Spinoza

vendredi 16 mai 2008

Un mois et demi que je suis rentrée!!
Que vous dire de moi maintenant?
Tout d'abord ce sentiment de plénitude, non, plutôt de calme intérieur.
Cette joie profonde d'avoir accompli la mission qui m'était confiée.
Oui, aussi , un peu de fierté, je dois l'avouer.
Je garde au fond du coeur cette riche et inoubliable expérience de volontariat.
Vivre loin des miens et avoir perdu tous mes repères pendant 2 mois et demi m'a permis de mieux me connaitre, de cerner mes limites, de sentir ce qui est important pour moi.
Maintenant, il me semble que je sais mieux vivre chaque instant, apprécier chaque rencontre. Je réalise la précarité de la vie et à quel point tout change vite.

Je fais désormais partie de la grande famille de Virlanie .
Je continue en faisant le relais auprès des futures volontaires infirmières. Je passe des annonces dans les revues spécialisées pour recruter des nouveaux volontaires infirmiers.
Je reste en relation avec les responsables de Virlanie et mes anciennes colocs et je suis avec attention leurs blogs et tout ce qui a trait aux Philippines.

Et aussi je peux témoigner.
Au quotidien, il ne se passe pas une journée sans que je parle à mes proches des Philippines.
La magnifique soirée de retrouvailles du 3 Mai a réuni un auditoire de choix attentif au message que Lola Sabine et moi souhaitions transmettre.
Au travers des mots et des images, Sabine et moi avons pu témoigner de la vie difficile des enfants des rues à Manille et de la goutte d'eau que nous avons apporté grâce à Virlanie.
Le club Picassolidarité du Collège d'Harfleur, ses profs et ses élèves attentifs me permettent également de boucler ma mission en rendant compte de ce que j'ai vécu en tant que volontaire dans un pays en voie de développement.

Et surtout, le retour en France me permet de voir à quel point je suis chanceuse d'être née dans ce pays.
J'apprécie grandement la qualité de ma vie ici, la chaleur des retrouvailles, la douceur de l'amitié témoignée, la beauté de la Normandie au printemps, la propreté de notre environnement, le silence de mon quartier, mon petit Cappucino de 11 heures...
Même si parfois je songe aux bananes philippines mangées à la même heure au RAC avec les copines, bananes parfois partagées avec un ado affamé, bananes souvent avalées en vitesse et en cachette au fond de l'infirmerie pour tenir le coup jusqu'au soir...

Je remercie mon ange gardien de m'avoir si bien guidée pendant cette mission.

jeudi 1 mai 2008

Un autre regard

Un excellent blog existe pour parfaire votre connaissance des Philippines.
Il est grand temps que vous ayez un regard plus objectif que le mien sur ce pays qui joue avec les extrêmes.
Sébastien Farcis, journaliste et voyageur en est l'auteur.

unoeilsurlesphilippines.blogspot.com


mardi 29 avril 2008

Un moteur secret

Ce qui pousse un homme ou une femme à l'aventure altruiste est un moteur secret.
Il y a la foi, la raison et aussi la découverte de soi, de ses limites, de son courage, à l'épreuve du risque ou de la précarité.
Il y a encore l'incroyable diversité des rencontres, la richesse de la vie associative, la satisfaction de mener une action utile, de retrouver un rôle social.
On en tire parfois du plaisir, un savoir, une sagesse et parfois un sens à sa vie.

jeudi 17 avril 2008

Lola Sabine

Bonne nouvelle,

Ma bonne amie Sabine, volontaire à Virlanie depuis 3 ans, sera avec nous Samedi 3 Mai, à la petite fête de nos retrouvailles.

Elle sera tout juste rentrée de Manille.

Avec beaucoup d'émotion, nous vous parlerons de cette belle expérience de vie qu'est d'être volontaire dans une association humanitaire.

Merci d'avance pour votre présence et votre écoute.

samedi 5 avril 2008

Retour

Eh, oui, je suis rentrée...
Quel bonheur de retrouver ma "terre", de revivre là ou j'aime tant vivre, quel bonheur de retrouver les "miens"!
J'ai quitter sans une larme les Philippines, j'y avais tant pleuré.
Mais je suis partie avec le coeur tout chaud des ces belles rencontres, le coeur tout empli de l'amour reçu, le coeur satisfait d'avoir fait ce que j'avais à faire.
Je rentre comblée, je me sens "pleine" de cette expérience inoubliable.

MERCI A TOUS,
VOUS de France qui m'avez tant soutenue, voire portée quand j'allais si mal,
VOUS de Virlanie au coeur de cette oeuvre magnifique construite jour après jour avec votre générosité et
VOUS peuple philippin, gens de coeur si beaux et touchants dans votre misère.
Une page se tourne.
La vie continue à Manille comme au Havre...
La vie est belle.
J'aime la Vie, j'aime la vie que je me suis construite.
Je vous souhaite d'aimer votre vie comme j'aime la mienne.
MERCI ENCORE.
Soyez heureux...

jeudi 3 avril 2008

Les 10 Commandements Paradoxaux

1/Les gens sont deraisonnables, illogiques et egocentriques.
Aimez-les quand meme.

2/Si vous etes desinteresse, les gens vous preteront des motifs egoistes et calculateurs.
Soyez desinteresse quand meme.

3/Si vous reussissez, vous gagnerez de faux amis et de vrais ennemis.
Reussissez quand meme.

4/Le bien que vous faites aujourd'hui sera oublie demain.
Faites le bien quand meme.

5/L'honnetete et la franchise vous rendent vulnerable.
Soyez honnete et franc quand meme.

6/Ceux qui voient grand peuvent etre aneantis par les esprits les plus mesquins.
Voyez grand quand meme.

7/Les gens aiment les petites gens mais preferent suivre les puissants.
Luttez pour les petites gens quand meme.

8/Ce que vous avez mis des annees a batir peut etre detruit du jour au lendemain.
Batissez quand meme.

9/Les gens ont besoin d'etre secourus, mais certains se retourneront contre vous si vous les aidez.
Aidez-les quand meme.

10/Si vous donnez au monde le meilleur de vous-meme, vous risquez d'y laisser des plumes.
Donnez le meilleur quand meme.



Si vous suivez les 10 commandements paradoxaux, vous serez libre.
Ces principes ne relevent pas du pessimisme.
Dans ce monde de folie, ils figurent comme une sorte de "declaration d'independance".
Affichez-les comme un rappel permanent de cette prise de position.

A compter de ce jour, faites ce qui vous semble juste et bon.
Parce que cela revet desormais un sens.
Des lors que agissez selon vos valeurs, que vous pouvez donner une signification a votre existence sans attendre d'approbation exterieure, Vous etes libre.

Libre d'agir en fonction de votre conscience, que les autres apprecient ou non.
Libre d'etre qui vous etes vraiment.
Libre de remplir la mission a laquelle vous etes destine.
Libre de mener une vie coherente dans un monde absurde.
Et cette liberte vous procurera le bonheur le plus profond que vous ayez jamais connu.

mercredi 2 avril 2008

Mission accomplie

Cadeau pour vous...














Et voila ! J'ai boucle la boucle.

Fin de mission.

Je ne retournerai pas au RAC de si tot.

Je reste sur l'image de ce beau cadeau : Petite Lea.

Elle est installee a Mother and Child en attendant un appel de son papa ou de sa maman...

Que de bonheurs j'ai vecu pendant cette mission !





Et on a fait la fete, evidemment!




Une belle despedida avec punch, grillades, petits cadeaux du coeur et vieilles chansons a danser.











Et au retour de Pandan, un majestueux coucher de soleil
pour nous remercier de notre visite...








La phrase du jour

L'impossible nous ne l'atteignons pas,
mais il nous sert de lanterne.









Mais, qui pointe le bout de son nez?



Pandan Island...Philippines.
Hier apres-midi

mardi 1 avril 2008

Pandan........Paris

Dans 4 jours je serai en France...
Mes sentiments sont plutot confus.
J'essaie de vivre chaque instant intensement.
L'heure du bilan n'est pas encore arrive.
Zen, Vero, reste zen, tout va bien.
Je me refais une petite sante dans une ile au sud de Mindoro avant de vous retrouver tous.
Et comme aujourd'hui c'est la fete des poissons, je retourne leur faire un dernier coucou avant d'entamer les 12 heures de voyage de retour a Manila.
Bientot je vous fais de vrais bisous.
J'ai hate...